Compagnies des chemins de fer en Occitanie

Revue « Le Patrimoine. Histoire , culture et créations d’Occitanie »

Parution Automne 2020

104 pages

Lignes de fer, lignes de vie

Au XIXe  siècle, le chemin de fer, apportant une révolution dans la vitesse et le confort des voyages, a conquis un public subjugué. Public d’autant plus ébloui que les défi s techniques, toujours plus spectaculaires, furent surmontés à coup de chevaux-vapeur, de haute tension électrique, de viaducs et de tunnels. La culture des ingénieurs s’est imposée à tous. 

L’histoire des lignes dans le Midi est loin d’être linéaire : beaucoup de tronçons en Bas-Languedoc à partir de 1839 alors que la première locomotive entre en gare de Toulouse Matabiau en 1862. Les lignes sont concédées à des compagnies privées préoccupées de rentabilité ; les transports de pondéreux furent parfois prioritaires sur les lignes de voyageurs. Après la loi Freycinet de 1879, l’essentiel des grandes liaisons est réalisé ; on crée de petites lignes, dites « électorales », destinées à la desserte fi ne des territoires, grâce à de fortes subventions publiques. Le patrimoine technique subsistant témoigne de l’importance de l’effort de la IIIe  République dans son souci d’égalité devant le service public.

Las, en 1946 s’ouvre la première autoroute. Le rail se voit concurrencé par la route, obligeant la SNCF à fermer des lignes non rentables. On s’aperçoit aujourd’hui que ces lignes sont essentielles pour des transports décarbonnés, le désenclavement des zones de montagne, la vie des territoires. La Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée a désormais en charge ces « petites lignes » de vie. Face au défi de demain, le dossier de ce numéro offre des éléments pour apprécier le patrimoine ferroviaire d’hier et comprendre la mutation de la modernité.

Fete des fleurs – fiche inventaire national du PCI

L’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France est tenu et mis à jour par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines). Le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (DPRPS), qui coordonne la mise en œuvre de la Convention de 2003, est chargé de l’Inventaire du PCI en France. L’inclusion à l’Inventaire national se fait principalement par le biais d’enquêtes réalisées avec la participation des communautés détentrices de PCI, en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Elle peut aussi être demandée directement par les porteurs de traditions. La demande d’inclusion est soumise à l’examen du comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI). L’inclusion est obligatoire pour présenter un dossier de candidature sur les listes du PCI de l’humanité (Unesco) : Elle est l’un des cinq critères requis pour que la candidature soit approuvée par l’Unesco.

La fiche « Les fêtes des Fleurs dans les Pyrénées » (2020_67717_INV_PCI_FRANCE_00474), rédigée par Mathilde Lamothe, dans le cadre du programme TCV-PYR, est en ligne dans la rubrique « Pratiques sociales et festives » de l’Inventaire national du PCI : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/L-inventaire-national-du-PCI/Inventaire-national/Pratiques-sociales-et-festives