Archives de catégorie : Billets

Patrimoine du tourisme, du thermalisme et de la villégiature en montagne (XVIIIe-XXIe siècle)

Histoire et devenir, à la croisée des sciences

Du 21 octobre 2020 au 23 octobre 2020

Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche, Amphi F417

Ce colloque international vient conclure le programme de recherche européen FEDER TCV-PYR (2017-2020) consacré à l’étude du thermalisme, du tourisme et de la villégiature dans les Pyrénées françaises. Les communications visent à apporter une connaissance fine sur les aspects d’aménagement, d’urbanisme, de paysage, d’équipements et d’architecture thermale,de pratiques et de promotion du thermalisme et du tourisme en montagne. Si les Pyrénées seront à l’honneur de ces rencontres, l’ouverture géographique des communications permettra de nourrir des approches comparatives.

Compagnies des chemins de fer en Occitanie

Revue « Le Patrimoine. Histoire , culture et créations d’Occitanie »

Parution Automne 2020

104 pages

Lignes de fer, lignes de vie

Au XIXe  siècle, le chemin de fer, apportant une révolution dans la vitesse et le confort des voyages, a conquis un public subjugué. Public d’autant plus ébloui que les défi s techniques, toujours plus spectaculaires, furent surmontés à coup de chevaux-vapeur, de haute tension électrique, de viaducs et de tunnels. La culture des ingénieurs s’est imposée à tous. 

L’histoire des lignes dans le Midi est loin d’être linéaire : beaucoup de tronçons en Bas-Languedoc à partir de 1839 alors que la première locomotive entre en gare de Toulouse Matabiau en 1862. Les lignes sont concédées à des compagnies privées préoccupées de rentabilité ; les transports de pondéreux furent parfois prioritaires sur les lignes de voyageurs. Après la loi Freycinet de 1879, l’essentiel des grandes liaisons est réalisé ; on crée de petites lignes, dites « électorales », destinées à la desserte fi ne des territoires, grâce à de fortes subventions publiques. Le patrimoine technique subsistant témoigne de l’importance de l’effort de la IIIe  République dans son souci d’égalité devant le service public.

Las, en 1946 s’ouvre la première autoroute. Le rail se voit concurrencé par la route, obligeant la SNCF à fermer des lignes non rentables. On s’aperçoit aujourd’hui que ces lignes sont essentielles pour des transports décarbonnés, le désenclavement des zones de montagne, la vie des territoires. La Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée a désormais en charge ces « petites lignes » de vie. Face au défi de demain, le dossier de ce numéro offre des éléments pour apprécier le patrimoine ferroviaire d’hier et comprendre la mutation de la modernité.

Fete des fleurs – fiche inventaire national du PCI

L’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France est tenu et mis à jour par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines). Le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (DPRPS), qui coordonne la mise en œuvre de la Convention de 2003, est chargé de l’Inventaire du PCI en France. L’inclusion à l’Inventaire national se fait principalement par le biais d’enquêtes réalisées avec la participation des communautés détentrices de PCI, en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Elle peut aussi être demandée directement par les porteurs de traditions. La demande d’inclusion est soumise à l’examen du comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI). L’inclusion est obligatoire pour présenter un dossier de candidature sur les listes du PCI de l’humanité (Unesco) : Elle est l’un des cinq critères requis pour que la candidature soit approuvée par l’Unesco.

La fiche « Les fêtes des Fleurs dans les Pyrénées » (2020_67717_INV_PCI_FRANCE_00474), rédigée par Mathilde Lamothe, dans le cadre du programme TCV-PYR, est en ligne dans la rubrique « Pratiques sociales et festives » de l’Inventaire national du PCI : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/L-inventaire-national-du-PCI/Inventaire-national/Pratiques-sociales-et-festives

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du 24 février 2020 au 28 février 2020

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura – Ethnopôle occitan et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la Communauté des communes du Haut-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.


Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve dans le périmètre du label Pays d’Art et d’Histoire des vallées béarnaises qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
du lundi 24 au vendredi 28 février 2020 à Oloron, à la Communauté de communes du Haut-Béarn,12 place de Jaca, 64400 Oloron-Ste-Marie (24-25/02) à la villa Bedat, Confluence Rue de l’Intendant d’Etigny, 64400 Oloron Ste-Marie (26/02) et à L’Institut Occitan de Cultura, Château d’Este, 64140 Billere (27-28/02).


Inscription :
patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr
mastercas @ univ-pau.fr

Ces journées s’inscrivent dans le cadre du programme européen TCV-PYR.

Elle peuvent également être :
– validées dans le cadre de l’UE « Actualité de la recherche » (24h)
– être un élément du stage de M2

Télécharger le programme

Présentation du projet TCV-PYR

Dans le cadre du Programme d’Orientation Interrégionale Massif Pyrénées 2014-2020, le programme européen TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées) financé par les fonds FEDER – Région Occitanie se déroule de 2017 à 2020.
Porté par l’Université Toulouse-Jean Jaurès en partenariat avec les Universités de Pau et des Pays de l’Adour et Perpignan-Via Domitia, ainsi que les services régionaux d’Inventaire d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, il consiste en deux axes fondamentaux constitués par une opération d’inventaire sur le versant nord du massif pyrénéen, sur lequel s’appuie un volet de valorisation culturelle à l’attention du grand public et des acteurs publics et privés du territoire.

L’opération d’inventaire vise en priorité à l’étude du patrimoine bâti et immatériel généré par l’activité du thermalisme. En ce qui concerne le patrimoine bâti, au-delà des établissements thermaux, déjà connus mais nécessitant un approfondissement des recherches, il prend en compte tout type de constructions et d’aménagements réalisés dans le contexte de la villégiature thermale, en particulier les équipements destinés au public (casinos, théâtres, thermes, buvettes, parcs et jardins, promenades, hippodromes), les infrastructures facilitant l’accès aux stations thermales (ponts, passerelles, voies routières et ferroviaires, gares), sans oublier l’architecture domestique (hôtellerie, pensions de voyageurs, villas, maisons, immeubles de rapport). Il s’agit de recenser prioritairement les stations historiques – notamment celles de la route thermale de Napoléon III – mais aussi des centres dédiés aux eaux curatives plus modestes accueillant une patientèle d’origine locale comme les Bains de Secours ou la source de Camou-Cihigue. En fonction de l’histoire et de l’insertion urbaine des sites concernés, cette opération nécessite dans certains cas une approche topographique, c’est-à-dire exhaustive, – pour une agglomération exclusivement dévolue au thermalisme comme les Eaux-Bonnes et les Eaux-Chaudes – et, dans d’autres configurations, une approche thématique et donc sélective – lorsque la commune implique un habitat sédentaire et s’est développée dans d’autres domaines économiques à l’instar de Bagnères-de-Bigorre et Cambo-les-Bains.
Si le cadre chronologique s’insère essentiellement à l’époque contemporaine (XIXe et première moitié du XXe siècle) coïncidant avec l’âge d’or des villes d’eaux, les archives, la documentation et les observations de terrain peuvent amener à étendre ces limites temporelles vers les périodes antérieures ou postérieures dès lors où elles sont liées aux problématiques du thermalisme et de la villégiature.
L’inventaire du patrimoine bâti et paysager fait l’objet d’une répartition territoriale entre les trois ingénieurs de recherche rattachées aux universités du projet qui oeuvrent en collaboration avec les services régionaux d’Inventaire correspondants: l’université de Pau (laboratoire EA 3002 – ITEM) traite des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées; l’université de Toulouse (UMR FRAMESPA) étudie la Haute-Garonne et l’Ariège; l’université de Perpignan (laboratoire EA 7397 – CRESEM) se concentre sur l’Aude et les Pyrénées-Orientales.
Pour compléter ces travaux, le patrimoine paysager à grande échelle est étudié par les géographes et urbanistes du laboratoire GEODE de l’université de Toulouse qui s’intéressent notamment à l’évolution des paysages, aux modèles urbains et à la gestion des risques environnementaux, tandis que l’équipe du CRESEM de l’université de Perpignan apporte son expertise dans les domaines de l’archéologie et de la littérature, concernant notamment les thermes antiques et les récits de voyageurs anglophones.
Le patrimoine culturel immatériel, incombant à l’université de Pau, fait l’objet d’un inventaire nécessairement sélectif sur l’ensemble de la chaîne des Pyrénées françaises. Des usages curatifs liés aux plantes médicinales jusqu’aux danses ossaloises, aux transhumances ou aux feux de la Saint-Jean, il est consacré aux pratiques toujours vivantes qui suscitent un sentiment d’identité et de continuité pour la population pyrénéenne et qui ont été observées par les curistes et les touristes fréquentant les stations thermales au cours de leur histoire.
En plus de traiter prioritairement du thermalisme et de la villégiature, le programme européen TCV-PYR s’étend également à l’étude des stations de ski et du patrimoine industriel au sein de la même aire d’étude. Il interroge plus globalement les enjeux et les problématiques impliqués par l’exploitation touristique des zones de montagne.

Le volet de valorisation culturelle passe par le développement d’outils numériques spécifiques:
La médiation, essentielle dans ce programme, consiste en premier lieu en la mise en accès public de l’ensemble des notices (Architecture, Mobilier et Illustration) saisies dans les bases de données de l’Inventaire général.
En parallèle, le laboratoire LIUPPA de l’université de Pau mène des expérimentations numériques dans le but de concevoir un site Internet dédié et des applications pour tablettes et smartphones à l’attention du grand public – en particulier, touristique mais aussi scolaire – ainsi que des opérateurs publics et privés concernés par le patrimoine et l’histoire de la villégiature thermale. Cette tâche implique de rassembler en un instrument commun les données de l’inventaire du patrimoine bâti et paysager et celles du patrimoine culturel immatériel, dont les fiches inventaires sont saisies d’après une méthodologie différente dans d’autres bases de données spécifiques. A terme, les outils développés par les informaticiens offriront au grand public une visualisation de l’ensemble des notices en lien avec la géolocalisation.

La valorisation du patrimoine est au service d’objectifs pluriels:

Le programme européen TCV-PYR vise tout d’abord à enrichir la connaissance sur le patrimoine et l’histoire du thermalisme moderne, en réalité assez lacunaire, voire méconnue ou altérée dans certains cas. Les contenus scientifiques produits dans le cadre de cette opération offriront en outre des éléments de valorisation aux acteurs publics et privés des territoires liés au thermalisme, en activité ou non.
Ainsi ces apports substantiels pourront-ils alimenter aussi bien les travaux des aménageurs et des urbanistes, les projets des collectivités territoriales, les actions de conservation et de protection du patrimoine que la médiation touristique et culturelle par le biais d’expositions, de visites commentées et autres animations à destination du public. Il vise in fine à ce que la population locale et les édiles se réapproprient l’histoire souvent oubliée ou incomplète de leur territoire dans des perspectives à la fois culturelles, pédagogiques, techniques, touristiques et économiques.