Tous les articles par Joëlle Saucès

Patrimoine du tourisme, du thermalisme et de la villégiature en montagne (XVIIIe-XXIe siècle)

Histoire et devenir, à la croisée des sciences

Du 21 octobre 2020 au 23 octobre 2020

Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche, Amphi F417

Ce colloque international vient conclure le programme de recherche européen FEDER TCV-PYR (2017-2020) consacré à l’étude du thermalisme, du tourisme et de la villégiature dans les Pyrénées françaises. Les communications visent à apporter une connaissance fine sur les aspects d’aménagement, d’urbanisme, de paysage, d’équipements et d’architecture thermale,de pratiques et de promotion du thermalisme et du tourisme en montagne. Si les Pyrénées seront à l’honneur de ces rencontres, l’ouverture géographique des communications permettra de nourrir des approches comparatives.

Compagnies des chemins de fer en Occitanie

Revue « Le Patrimoine. Histoire , culture et créations d’Occitanie »

Parution Automne 2020

104 pages

Lignes de fer, lignes de vie

Au XIXe  siècle, le chemin de fer, apportant une révolution dans la vitesse et le confort des voyages, a conquis un public subjugué. Public d’autant plus ébloui que les défi s techniques, toujours plus spectaculaires, furent surmontés à coup de chevaux-vapeur, de haute tension électrique, de viaducs et de tunnels. La culture des ingénieurs s’est imposée à tous. 

L’histoire des lignes dans le Midi est loin d’être linéaire : beaucoup de tronçons en Bas-Languedoc à partir de 1839 alors que la première locomotive entre en gare de Toulouse Matabiau en 1862. Les lignes sont concédées à des compagnies privées préoccupées de rentabilité ; les transports de pondéreux furent parfois prioritaires sur les lignes de voyageurs. Après la loi Freycinet de 1879, l’essentiel des grandes liaisons est réalisé ; on crée de petites lignes, dites « électorales », destinées à la desserte fi ne des territoires, grâce à de fortes subventions publiques. Le patrimoine technique subsistant témoigne de l’importance de l’effort de la IIIe  République dans son souci d’égalité devant le service public.

Las, en 1946 s’ouvre la première autoroute. Le rail se voit concurrencé par la route, obligeant la SNCF à fermer des lignes non rentables. On s’aperçoit aujourd’hui que ces lignes sont essentielles pour des transports décarbonnés, le désenclavement des zones de montagne, la vie des territoires. La Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée a désormais en charge ces « petites lignes » de vie. Face au défi de demain, le dossier de ce numéro offre des éléments pour apprécier le patrimoine ferroviaire d’hier et comprendre la mutation de la modernité.

Fete des fleurs – fiche inventaire national du PCI

L’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France est tenu et mis à jour par le ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines). Le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique (DPRPS), qui coordonne la mise en œuvre de la Convention de 2003, est chargé de l’Inventaire du PCI en France. L’inclusion à l’Inventaire national se fait principalement par le biais d’enquêtes réalisées avec la participation des communautés détentrices de PCI, en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Elle peut aussi être demandée directement par les porteurs de traditions. La demande d’inclusion est soumise à l’examen du comité du Patrimoine ethnologique et immatériel (CPEI). L’inclusion est obligatoire pour présenter un dossier de candidature sur les listes du PCI de l’humanité (Unesco) : Elle est l’un des cinq critères requis pour que la candidature soit approuvée par l’Unesco.

La fiche « Les fêtes des Fleurs dans les Pyrénées » (2020_67717_INV_PCI_FRANCE_00474), rédigée par Mathilde Lamothe, dans le cadre du programme TCV-PYR, est en ligne dans la rubrique « Pratiques sociales et festives » de l’Inventaire national du PCI : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Patrimoine-culturel-immateriel/L-inventaire-national-du-PCI/Inventaire-national/Pratiques-sociales-et-festives

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles

COLLOQUE : Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?

Cette rencontre se déroulera le vendredi 18 septembre 2020 à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Elle aura pour ambition de mettre au jour l’histoire économique, sociale et architecturale des stations thermales secondaires en France. Elle doit permettre de déterminer si l’approche du thermalisme, fondée majoritairement sur l’étude des stations les plus renommées,correspond aussi à ces stations plus modestes.Les réflexions amèneront à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme, et ainsi à enrichir la connaissance du phénomène.

Espace symbolique, espace construit

Journée d’étude

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR et du Master Recherche HCP, Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe organisent une journée d’étude intitulée ” Espace symbolique, espace construit”.

Elle aura lieu le 13 mars 2020 à l’Université de Pau, au bâtiment des Lettres, en salle 217.

Aucun espace quel qu’il soit, n’est vacant. L’homme passe et trace des signes d’un langage qui lui est propre : dates, noms, phrase, croix ou bateaux sur des pierres en haute montagne ; rosaces, fleurs ou sirènes sur le linteau des portes ; blason de famille, graffitis, autocollants ou tags sur les panneaux ou murs en déshérence, fleurs et végétaux. Autant de signes qui dessinent les contours de territoires habités et d’espaces de vie. Le quotidien est traversé par des faisceaux de signes que l’on perçoit au premier abord comme des expressions esthétiques qui semblent être posés là pour agrémenter les univers de vie. La comparaison de ces signes observés dans plusieurs terrains, plusieurs univers et à des époques diverses, leurs places sur les supports et dans les espaces de vie amène à produire des analyses qui élargissent la perception esthétique pour nous faire rentrer dans une dimension mystique de l’espace. Ainsi se dessinent un dedans et un dehors, un dedans organisé et protégé par des faisceaux d’éléments symboliques et un dehors dangereux perçu comme chaotique.

Voir l’affiche programme

Publié le 10 mars 2020

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du 24 février 2020 au 28 février 2020

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura – Ethnopôle occitan et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la Communauté des communes du Haut-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.


Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve dans le périmètre du label Pays d’Art et d’Histoire des vallées béarnaises qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
du lundi 24 au vendredi 28 février 2020 à Oloron, à la Communauté de communes du Haut-Béarn,12 place de Jaca, 64400 Oloron-Ste-Marie (24-25/02) à la villa Bedat, Confluence Rue de l’Intendant d’Etigny, 64400 Oloron Ste-Marie (26/02) et à L’Institut Occitan de Cultura, Château d’Este, 64140 Billere (27-28/02).


Inscription :
patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr
mastercas @ univ-pau.fr

Ces journées s’inscrivent dans le cadre du programme européen TCV-PYR.

Elle peuvent également être :
– validées dans le cadre de l’UE « Actualité de la recherche » (24h)
– être un élément du stage de M2

Télécharger le programme

Vous avez dit communs?

Vous avez dit communs?Pratiques, Patrimoines, Paysages, Liens sociaux et économiques

Salle 14 (matin) et 20 (après-midi)

Ex UFR LLSHS Université de Pau et des Pays de l’Adour

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Casteret (ITEM, 3002) et Rémy Berdou (CIRDOC – Institut Occitan de Cultura /ITEM EA 3002)

Dans le cadre du séminaire « Réseaux, pouvoirs, expressions et représentations » et du programme européen FEDER TCV-PYR « Thermalisme, culture, villégiature dans les Pyrénées »

Télécharger le programme «Vous avez dit communs .pdf» (429.3 KB)

PROGRAMME

9h30 Accueil et introduction à la journée

Patricia Heiniger-Castéret, Anthropologue, MCF, (ITEM EA 3002, UPPA)

Jean-Jacques Castéret, Directeur de l’Ethnopôle Occitan, Centre international de recherche et documentation occitanes – Institut occitan de cultura.

Le cadre conceptuel

10h00 Les communs comme nouvelle catégorie patrimoniale ?

Marie Cornu, Directrice de recherches au CNRS, (Institut des Sciences sociales du politique, UMR 7220, ENS Paris Saclay, Université Paris X Nanterre)

Exemple de systèmes d’accès à la ressource pour les éleveurs pyrénéens

14h00 Les communs pastoraux au sein des systèmes de ressources indivises pyrénéens : comparaison transfrontalière et trans-valléenne

Anaïs Lanas, Doctorante en géographie (Univ. del País Vasco / Univ. Pau et des Pays de l’Adour, UMR 5319 Passages ; A.T.E.R., UPPA)

14h30 Le syndicat des habitants d’Assouste, une exception dans la gestion des communs pastoraux ossalois

Rémy Berdou, Ethnologue responsable des partenariats de l’Ethnopôle occitan et de l’action territoriale Gasconha-Pyrénèus, (CIRDOC – Institut occitan de cultura, doctorant en ethnologie, ITEM EA 3002, UPPA)

15h15 Se partager et accéder aux communs d’altitude. Études de cas dans les Pyrénées de l’ouest (XVIIIe– XXes.)

Mélanie Le Couédic, Ingénieure de recherche, archéologue (ITEM EA 3002, UPPA)

16h00 Le paysage des communs: histoire agraire d’une production culturelle en Iparralde

Dominique Cunchinabe, Chercheur indépendant en anthropologie et écologie historique

Amélie-les-bains, la perle des pyrénées

Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine du projet FEDER TCV-PYR, la commune d’Amélie-les-Bains et l’Université de Perpignan Via Domitia , ont le plaisir de vous inviter à la conférence donnée par Laetitia DELOUSTAL, chercheure CRESEM/UPVD, sur le thème

 » Amélie-les-Bains, la perle des Pyrénées « 

Samedi 16 novembre à 14h30 –  Mairie d’Amélie-les-Bains

Entrée Libre

Contact mairie  04.68.39.00.24 

Vernet-les-Bains, le paradis des Pyrénées

Vendredi 25 octobre à 18h –  Casino de Vernet-les-Bains

La commune de Vernet-les-Bains, le Casino de Vernet-les-Bains et l’Université de Perpignan Via Domitia ont le plaisir de vous inviter à la conférence donnée par Laetitia DELOUSTAL, chercheure CRESEM/UPVD :

« Vernet-les-Bains, le paradis des Pyrénées « 

Entrée Libre

Contact mairie 04 68 05 53 25/mairie.vernetlesbains@wanadoo.fr 

PS: La RN 116 est fermée pour travaux, une déviation est mise en place pour relier Prades à Villefranche-de-Conflent. Plus d’informations sur ce lien.

Deuxième séminaire d’équipe FEDER TCV-PYR

Patrimoine culturel immatériel :

Définition, implantation en France, méthodologie et valorisation

12 septembre 2019

Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de le Recherche – Salle E411 – 14h00

Programme :

Yvon Hamon (ethnologue à la région Occitanie) : Introduction

Patricia Heiniger-Castéret (MCF anthropologie à l’UPPA) : « Définition du PCI : de l’article 2 à l’inscription à l’inventaire national »

Mathilde Lamothe (chercheur TCV-PYR) : « Méthodologie du PCI : traiter de la matière vivante »

Jean-Jacques Castéret (directeur-adjoint de l’EPCC CIRDOC-Institut Occitan de Culture) : « Les outils de valorisation du PCI »

Ce séminaire d’équipe propose d’aborder la question du patrimoine culturel immatériel (PCI) à travers les réflexions que suscite ce nouveau régime patrimonial, qui bouscule les méthodes et la façon de penser le patrimoine, en replaçant les acteurs sociaux au centre du regard.

À partir d’exemples situés dans les Pyrénées, nous aborderons les cadres du contexte d’élaboration du PCI et de son implantation en France, qui va permettre de développer une méthodologie d’inventorisation spécifique à cet objet d’étude puisqu’elle suppose une enquête de terrain et surtout un retour vers les praticiens (ou acteurs) qui valident les fiches d’inventaire. Des projets de valorisation du PCI émergent dans ce dialogue entre institutions culturelles et communautés locales : ils mettent en avant des éléments patrimoniaux qui ne sont plus identifiés comme des isolats mais sont interconnectés entre eux et démontrent à la fois de la vivacité des pratiques mais aussi des tensions sous-jacentes.

Eaux-Chaudes, la ville d’eaux des Dames

Conférence de restitution de l’inventaire du patrimoine

Par Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art, chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Jeudi 4 juillet 2019 à 18h au cinéma de Laruns.

Dans le cadre du projet européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), les universités de Toulouse-Jean Jaurès, de Pau et des Pays de l’Adour et de Perpignan-Via Domitia ainsi que les services régionaux d’Inventaire de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie procèdent à l’inventaire du patrimoine lié au thermalisme dans l’ensemble du massif pyrénéen.

A l’issue de ce travail de recensement et de recherche en vallée d’Ossau, Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art et chercheur au laboratoire ITEM de l’UPPA, présentera les principaux résultats de son étude portant sur le patrimoine bâti et paysager des Eaux-Chaudes. Il s’agira, en s’appuyant sur l’histoire de la station, de retracer son évolution urbaine et architecturale depuis son premier âge d’or au XVIe siècle -et les séjours de la cour de Navarre- jusqu’au nouveau tourisme sanitaire et social des Trente Glorieuses, tout en abordant les spécificités de ce patrimoine résultant exclusivement de la villégiature thermale et mêlant procédés locaux et prérogatives nationales. Cette approche matérielle implique une fondamentale dimension sociale, faisant émerger les profils, tantôt illustres, tantôt modestes, des acteurs de la station (curistes, employés etc.) et relatant ainsi son histoire humaine aussi bien que son rôle dans l’essor du thermalisme moderne.

Entrée libre et gratuite

Colloque TCV-PYR/FEDER

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècle

13-14 juin 2019 : Université de Pau et des Pays de l’Adour (9h00-18h00)

15 juin 2019 :  Visite du site des Eaux-Bonnes (10h30-15h30)

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.


Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.


Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

Ce colloque propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de “friches” thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Contacts: item @ univ-pau.fr ou secretariat-item@univ-pau.fr

En savoir plus : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècles

Appel à communication

Colloque international du 13 au 15 juin 2019

Université de Pau et des Pays de l’Adour (Pau) – Eaux-bonnes (64)

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.


Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.

Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

L’appel à communication propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités
thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de « friches » thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.


Dates et lieu

Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Pau).
Il sera prolongé samedi 15 juin par une visite du site thermal des Eaux-bonnes (64) ou/ et d’une pratique autour du Patrimoine culturel immatériel liée à l’agropastoralisme (transhumance)

Langues du colloque

Français, anglais, espagnol. Les actes seront publiés. Les articles seront à rendre, délais de rigueur, pour le 1er septembre 2019.
Site internet du FEDER TCV-PYR: http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Télécharger le fichier «appel à com colloque TCVPYR Pau.pdf» (220.2 KB)


Les propositions sont à envoyer avant le 08 avril 2019 conjointement à :

laurent.jalabert@univ-pau.fr

nicolas.meynen @ univ-toulouse2.fr

castaner@univ-perp.fr

Directeurs du colloque

– Estéban Castaner, Professeur à l’Université de Perpignan, CRESEM (EA 7397)
– Laurent Jalabert, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA3002)
– Nicolas Meynen, MCF à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA (UMR 5136-CNRS)

Comité d’organisation

Patricia Casteret (UPPA), Roland Chabbert (Conseil régional d’ Occitanie), Éric Cron
(Conseil régional de Nouvelle Aquitaine), Steeve Hagimont (UT2J), Pascal Julien
(UT2J), Philippe Roose (UPPA), Philippe Valette (UT2J)